Présentation PowerPoint

Présentation PowerPoint

Association pour la Recherche et lvaluation en Activit Physique et en Sport [email protected] Web : www.areaps.org LE SURENTRAINEMENT Cours DU Mdecine du sport Marrakech le 29 mai 2016 Georges CAZORLA , Le surentranement est assez courant dans les sports dendurance, puisque certaines tudes (Morgan et al. 1987 et 1988) ont montr quenviron 2/3 des coureurs de demi-fond et de fond ont souffert ou souffriront au moins une fois de surentranement au cours de leur carrire Quen est-il ou quen sera-t-il des rugbymen

nouvellement professionnels ? Performance au marathon ( min ) 140 - 135 -

I 80 I 100 I 120 I 140

130 - 125 - I 160 I 180

I 200 Kilomtrage hebdomadaire (km/semaine) Relation entre charge dentranement ( km/semaine ) et performances obtenues au marathon par Ron Hill (fin 1960-dbut 1970), daprs les donnes rapportes par Noakes (1990). Adapt de Foster et Lehmann (1997) Performance ? ? Charge optimale Charge exessive +

autres facteurs... Charge insuffisante Sous entranement Entranement efficace surentranement Charge dentranement DEFINITION DU SURENTRAINEMENT Le surentranement peut tre dfini comme lincapacit de lorganisme maintenir stable ou positive la balance (adaptation) entre fatigue et rcupration (Israel et al. 1976).

Lorsque la fatigue saccumule et ne peut tre rsorbe lors dune rcupration inadapte elle induit une msadaptation : 1- sous la forme dun dfaut dadaptation irrversible (perte defficacit du programme dentranement), 2- par une fragilisation de lorganisme du sportif qui ncessite une plus longue priode de rcupration par rapport la normale (surcompensation), 3- par une incapacit de lorganisme rsorber la fatigue accumule alors que lathlte est mis au repos, Le marqueur universel du surentranement Le seul marqueur universel du surentranement est une baisse substantielle du niveau de performance malgr le maintien ou laugmentation des charges dentranement (Fry et al, 1991). Cela traduit donc lincapacit de lorganisme supplanter la fatigue accumule lors de ces charges dentranement par le

seul moyen des priodes de rcupration consenties. Il sensuit une baisse de la condition physique, donc de performance. Les symptmes courants (mais rarement systmatiques) du surentranement sont variables selon les caractristiques fondamentales des disciplines pratiques. CAUSES POSSIBLES DU SURENTRAINEMENT 1- Intensit trop leve des charges dentranement 3- Contenus dentranement peu varis et trop monotones (accumulation de traumatismes)

2- Nature et dure des rcuprations inadaptes SURENTRANEMENT 4- Aberrations nutritionnelles 6- Accumulation dautres stress de la vie courante 5- Stress de la vie sociale et professionnelle CAUSES POSSIBLES DU SURENTRAINEMENT Lapparition du surentranement est fonction :

de la pratique sportive (endurance, vitesse, force) des caractristiques des sportifs (capacits physiologiques, physiques, mentales) des caractristiques du programme dentranement (priodicit, programmation des microcycles) des stress extrieurs la pratique sportive (examens, vie professionnelle, conjugale) de lenvironnement social de la pratique sportive (obligations de rsultats, sponsors, niveau social induit par les rsultats) Do la ncessit de contrler les charges dentranement ainsi que la nature et la dure des rcuprations qui leur font suite Quelques outils intressants utiliser: Pour contrler les charges: - Banister et Morton et al. (1990) proposent de multiplier la dure de lexercice par le

% de la frquence cardiaque de rserve ([Fcmax - FC exercice] / [Fcmax - FC mini]), - Mercier (1999) a dvelopp un systme de cotation de la difficult de chaque sance. Cote = nombre compris entre 1 et 10 reprsente le rapport entre le volume ralis et le volume maximal que le sportif estime pouvoir raliser Pour contrler la charge + la monotonie de la sance: - Indice de monotonie et indice de surentranementde Foster et Lehman (1997), - Gazzano, Turblin (2000) Indices de charge, de monotonie et de contrainte (Logiciel Fit-Eval). Pour contrler ladquation : charge / rcupration : - Thibaut (1999) : propose un modle graphique des liens inter actifs entre la dure, lintensit ( % de VAM ), la dure de la rcupration, et le nombre maximal de rptitions Les types de surentranement Il existe plusieurs types de surentranement qui se diffrencient par leurs consquences plus que par leur mode dapparition

(Israel 1976). Plusieurs tudes suggrent aussi lexistence de troubles neuro-vgtatifs qui accompagnent la baisse de performance. Deux types de perturbations dordre nerveux et/ou endocrinien se manifestent chez le sportif surentran : * un comme le rsultat dune dominance du systme nerveux sympathique, * lautre caractris par la dominance du systme nerveux parasympathique. Type sympathique : - acclration de la frquence cardiaque de repos - augmentation de la pression artrielle, - perte dapptit, - perte de poids de masse maigre, - troubles du sommeil, - instabilit motionnelle, - augmentation du mtabolisme de base Type parasympathique :

- anmie progressive, - fatigabilit accrue, - diminution de la frquence cardiaque de repos, - dclration cardiaque rapide larrt de lexercice, - diminution de la pression artrielle de repos, - dsordres digestifs Remarques: 1 - Le surentranement de type sympathique semble le plus frquent, et affecterait en majorit les sportifs jeunes (Nilson et al.1981), les sprinters et les sportifs de disciplines o la puissance prdomine (Kinderman 1986) ; alors que le surentranement de type parasympathique affecterait davantage les sportifs plus gs et les athltes dendurance (Bompa, 1983). 2 - Il faut cependant signaler que la plupart des signes prcdents peuvent aussi sobserver chez des sujets qui ne souffrent pas de surentranement.

Ils ne sont donc pas spcifiques et il faut tre trs prudent avant de conclure un surentranement. Ne pas confondre non plus: 1 - un tat de fatigue aigu (normale aprs la surcharge dune sance dentranement), 2 - et un tat de fatigue chronique encore reversible, consquence de plusieurs entranements intenses conscutifs (Over-reaching) organiss dans le but dobtenir une raction de surcompensation. Dans ce cas limite, la fatigue peut tre reversible aprs quelques Jours, voire une semaine ou plus dune rcupration adapte. 3- Le surentranement long terme (Overtraining) est la continuit du prcdent tat, lorsquune priode de rcupration adapte nest pas consentie. Cette forme nest plus rversible court ou moyen terme. Le retour des conditions normales dentranement ncessite plusieurs semaines (ou mois) darrt total (ou presque) dactivits. Diffrentes composantes du surentranement

Composant e Mtabolique Composante comportementale Composante Cardiorespiratoire Composante Biochimique Composante hormonale Composante neuro-musculaire

1 - COMPOSANTES COMPORTEMENTALES Symptomatologie comportementale fatigue chronique sensations de dpression nerveuse mtabolisme basal facilit de sommeil sensations de courbatures anorexies nerveuses apptit boulimie insomnies migraines nauses douleurs articulaires, tendineuses, organiques des impressions de maladie

sensations de froid persistant NB. : Certains de ces symptmes prtent parfois confusion car ils peuvent tre aussi associs des adaptations positives lentranement efficace ou bien ils peuvent tre contradictoires les uns les autres en fonction du type de surentranement ou tre symptomatiques daffections diverses. Quelques outils psychologiques disponibles... Le POMS : Profile Of Mood State (Mac Naire et al. 1971) Le QDS : Questionnaire de Dtection du Surentranement (Legros et al., 1993; Socit Franaise de Mdecine du Sport; modifi Bosquet 2000) 2- COMPOSANTES CARDIORESPIRATOIRES Frquence cardiaque (bpm) 180 -

Non entran 1 3 160 - Surentran 2 140 - Entran 120 Lactatmie : 1>3>2 100 80 -

Exercice 60 - I -2 I I 0 I I 2 I

I 4 I I 6 I I 8 I I 10

Dure (min) Evolution de la courbe de frquence cardiaque au cours et lissue dune course maintenue pendant 6 min 80 % de la PMA. ( Daprs Costill 1986 ) VO2 max VO2 max VO2 ( ml.min-1. Kg-1 ) 80% max 70% max Entran : 30min 53s Surentran : 32min 10s

Performance au 10km Evolution de la consommation doxygne et de la performance sur 10 km dun coureur de cross-country, en tat de forme et en tat de surentranement. Daprs Costill 1986 Symptomatologie cardio-respiratoire diffrence FC repos FC debout inconfort cardiaque lors de lexercice modr comportement de lECG anormal ( inversion de l onde T ) FC repos, dexercice submaximal et de rcupration modifications de la pression artrielle frquence de respiration Ve de lexercice submaximal efficacit respiratoire VO2 de lexercice submaximal

Contrles suggrs : Chaque matin au rveil: - enregistrement de la FC de repos, allong et debout. Etablir le suivi graphique des FC de repos et de leur diffrence Chaque semaine en dbut de saison (8 premiers microcyles) puis ensuite tous les deux microcycles: - Enregistrement de la FC et lactatmie au cours et lissue dun test standardis : 6min de course 80% de VAM (cf. Costill, 1986) 2- COMPOSANTES NEURO-MUSCULAIRES Composante neuro-musculaire Des altrations du fonctionnement du couplage excitation-contraction pourraient tre lorigine dun des mcanismes induisant le surentranement (Moussavi et al. 1989 ; Fitts, 1994 ).

Fondements de cette hypothse : 1- Lexercice de faible intensit et de longue dure cause une baisse plus forte du potentiel dexcitation et de la capacit de tension des fibres musculaires que celle de la contraction maximale volontaire, des phosphates riches en nergie ou du pH intracellulaire. 2- De plus, le retour aux conditions basales de la capacit de tension et du potentiel dexcitation des fibres musculaires est plus lent que pour ces mmes autres variables. Prises conjointement (chute des capacits contractiles, rcupration retarde), ces observations supportent lhypothse dune altration du couplage excitation-contraction. ? ? ? ? ?

Diffrentes hypothses explicatives de la baisse de la capacit dexitation et de la tension des fibres musculaires lie (?) au surentranement. PCr, Glyc, AGL ATP ? ADP tiologie hypothtique pour l exercice dendurance Lors de lexercice dendurance, il est possible que le mme processus de dgradation apparaisse, mais bien plus tard que pour lexercice intense.

La dure dexcitation peut finir par inhiber la fonction du RS : par une moindre re pompage du Ca++ ceci pourrait tre toxique pour le sarcomre (toxicit ionique) le mme mcanisme que pour lexercice intense pourrait donc apparatre Il sagit nanmoins l dune hypothse difficilement vrifiable tant donn lextrme rapidit des changes ioniques. De plus, des altrations des quilibres ioniques ont dj t constates mais pas les dgradations qui devraient leur tre associes. tiologie hypothtique pour lexercice intense Il sagit l dun problme complexe car de multiples facteurs sont impliqus. Cependant, lors dexercices intenses, il semble clair que deux types de dgradations au sein de la cellule sont initialement responsables de la fatigue musculaire : la rupture mcanique au niveau de la membrane du sarcolme la rupture mcanique au niveau des ponts dunion (ou des molcules de titine)

Lexercice intense impose des contraintes mcaniques aux cellules en contraction pouvant causer ces dgradations. Cependant, il est peu probable que la rptition de tels exercices mne au surentranement tant donn la douleur quils provoquent. Symptomatologie neuro-musculaire performance capacit atteindre danciens niveaux dentranement temps de rcupration tolrance aux charges dentranement force musculaire capacit maximale de travail coordination efficacit gestuelle amplitude aptitude reprer et corriger les dfauts techniques des dfauts techniques dj corrigs

Glucides : glucose, glycogne Protines basiques 3- COMPOSANTES METABOLIQUES Lipides: acides gras longues chanes, satur et insatur Hypothse musculaire Hypothse glucidiques Composantes mtaboliques Hypothse des AAR Hypothse de la glutamine Hypothse immunitaire

Hypothse hormonale Hypothse musculaire Exercice intense MILIEU EXTRACELLULAIRE Troponine, CPK, LDH, dendurance dendurance et souvent rpt O2

myoglobine, 3-mthylhistidine MEMBRANE CELLULAIRE (phospholipides) Myoglobine LOO CPK LO O2 O2-

H2O2 LDH LDH Glyc. pyruv. lactate 1 3%

CPK Stress mcanique (rupture) et/ou oxydatif Troponine PCr Myosine Relations normales C + Pi Mitochondrie

ADP + Pi ATP Tropomyosine Actine MILIEU CELLULAIRE Relations dans le surentranement Le muscle se retrouve dans une situation paradoxale ; il dgrade des protines des fins nergtiques alors quil en a besoin au plan contractile et au plan des rparations tissulaires : Les dgradations des protines contractiles risquent daugmenter pour une mme intensit dexercice du fait de lappauvrissement en substrats nergtiques. Les rparations tissulaires risquent dtre ralenties du fait de la recapture

prpondrante des Ac.Am. par le foie et le systme immunitaire (Gln) Les altrations structurelles de la cellule musculaire risquent de causer des dysfonctionnements du couplage excitation-contraction Lorigine mtabolique des dgradations structurelles musculaires pourrait alors expliquer les dysfonctionnements du couplage excitation-contraction De plus, lexercice intense causant des dommages musculaires provoquera une rhabdomyolyse avec myoglobinmie et myoglobinurie, ce qui est dltre pour le fonctionnement rnal (taux de filtration glomrulaire , inflammations glomrulaires). A surveiller... Les concentrations sriques en : - CPK - myoglobine - en LDH

- troponine - 3 mthylhistidine Hypothse glucidique 600 600 500 500 400 400 *

300 300 200 200 * 100 100 * 0 0

50 60 * * 70 80 Surentrans Glycogne (mol/g dw) Bien entrans Glycogne (mol/g dw)

Dpltion glycognique et surentranement 0 90 100 % VO2max Aprs 28 jours successifs daugmentation du volume dentranement (+50%) , les sujets surentrans prsentent une baisse de la concentration en glycogne musculaire de repos (- 4%). Les baisses de concentrations lors dexercices exhaustifs sont cependant bien plus fortes entre 50 et 90% de VO 2max et significative entre 90 et 100% de VO max (Lehmann et al. 1997 ; Snyder et al. 1995). Hypothse du mtabolisme du glycogne Snyder (1998) a propos que les dpltions chroniques et rptes en glycogne (musculaire et hpatique) soient lorigine de

perturbations graves du mtabolisme chez le sportif dendurance. 1- Lexercice dendurance chronique cause une dpltion des stocks en glycogne. Rptes plusieurs fois daffil sans rcupration suffisante, ces dpltions peuvent causer une augmentation de la fatigue et une baisse de performance. 2- Les faibles niveaux de glycogne peuvent entraner : 1- une oxydation accrue des AAR, ce qui provoque une fatigue centrale (cf. Lhypothse des AAR) 3- Les difficults de rgnration des stocks en glycogne sont plus un facteur aggravant du processus de surentranement quun facteur dclenchant ou directement responsable de ce processus. Les dpltions chroniques et rptes du glycogne musculaire et hpatique pourraient favoriser lapparition du surentranement mais aucune tude longitudinale na pu le dmontrer (Snyder, 1998). Cette dpltion accrue du glycogne pourrait tre conscutive une moindre efficacit du mtabolisme lipidique et aux ralentissements de certains processus

biochimiques (baisse des activits enzymatiques). En outre, il na t constat aucune dpltion hpatique grave l issue de lexercice. valine Hypothse des acides amins ramifis isoleucine leucine Etiologie possible ACIDES AMINES RAMIFIES Rserves en glycogne 1

AGL 3 2 Comption avec le Trp pour lutilisation des liaisons avec lalbumine plus de Trp libre 4 AAR (muscle) AAR

(cerveau) nergie = CO2 + H2O TRIPTOPHANE (Trp) LIBRE triptophane (cerveau) 5 5-hydroxytryptamine (srotonine) CO2 + H2O Comptition entre les AAR et le triptophane pour leur entre dans le cerveau. Plus les AAR sont

utiliss par le muscle, plus de triptophane entre dans le cerveau Lhypothse des acides amins ramifis (AAR) et tryptophane (Trp) Le Trp est alors converti en un neurotransmetteur, la 5-Hydroxytryptamine (5-HT ou srotonine). Nous savons que la srotonine est une hormone rgulatrice du sommeil mais pas seulement : Dans des aires spcifiques du cerveau, la 5-HT exerce un rle dinduction du sommeil, dinhibition des rflexes des motoneurones post-synaptiques ( baisse dexcitabilit ). Elle inhibe aussi certaines scrtions endocrines dans lhypothalamus. La fatigue latente ( sensation de besoin de sommeil ) associe une hyporactivit tendineuse et musculaire peut causer une incapacit du sportif juger de son tat rel de fatigue et des traumatismes effectifs au plan musculaire. Le sportif perd ainsi un certains nombre de signaux dalarme qui doivent normalement limiter les stress mcaniques, cest--dire les contraintes imposes la structure musculaire. La fatigue latente tant gnralement

confondue avec un simple besoin de sommeil, le sportif persiste et le surentranement apparat. A surveiller... Augmentation du volume Ac.Am Avant Aprs d Augmentation de l'intensit Ac.Am Avant

Aprs d Leu Ile Val 139 (34) 77 (24) 236 (37) 120 (29) -14% 72 (17) 206 (37) -13% Leu Ile

Val 135 (41) 79 (29) 250 (64) 133 (22) 76 (13) 234 (33) -6% Trp fTrp 73 (28) 6.2 (0.7)

71 (13) 7.4 (1.4) +20% Trp fTrp 74 (21) 6.5 (0.4) 70 (10) 7.4 (0.6) +41% fTrp/AAR 0.014 0.019 +35% fTrp/AAR 0.014

0.021 +50% Par augmentation du volume (+50%) ou de lintensit (+30%) de l entranement durant 4 semaines, Lehmann et al. (1992, 1993, 1995) ont montr que les variations des concentrations en AAR et en Trp (et de leur rapport) peuvent tre retenues comme un des indicateurs des tats de fatigue chronique et de surentranement. Hypothse de la glutamine Rappel La Glutamine (gln), est mtabolise par certaines cellules du systme immunitaire dont les lymphocytes et les macrophages. La survie et la prolifration de ces derniers en dpendent. La glutamine savre essentielle pour de nombreuses fonctions homostatiques et cellulaires dans lorganisme, particulirement au niveau du systme immunitaire.

Circulation (cellules immunitaires) Alimentation Intestin Gln Stress mtaboliques rprs... surentranement Gln -

Gln + Bactries, virus Lymphocytes, macrophages Muscle

Relations normales Relations dans le surentranement Un catabolisme important des stocks en Gln entrane un stress immunitaire (inflammations, ractivit affaiblie), pouvant tre lorigine de la balance ngative entre dgradation et synthse des protines musculaires que lon observe chez les sportifs fatigus. Cet tat catabolique permanent pourrait induire des ractions en cascade, impliquant les fonctionnements : crbral ( sensibilit la douleur), hpatique ( noglucogense) et rnal ( taux de filtration glomrulaire), mais aucune tude na pu mettre ces mcanismes en vidence. La baisse de concentration en Gln peut tre due : son mtabolisme nergtique, son incorporation protique, son stockage organique (non dtermin aujourdhui)

Les athltes souffrant du syndrome de surentranement semblent maintenir un faible niveau de Gln plasmatique pendant des mois ou des annes (Rowbottom et al. 1996). Symptomatologie immunologique susceptibilit et de la svrit aux allergies, fivres glandulaires non confirmes sensations dinflammations glandulaires baisse de la capacit fonctionnelle des neutrophiles du nombre total de lymphocytes du nombre dosinophiles sanguins des infections bactriennes ractivation des infections virales de lherpes NB. : lensemble de ces ractions traduisent des manques de ractivit des lymphocytes, responsables de la plupart des dclenchements de prolifrations immunitaires. Ils traduisent donc un affaiblissement de la ractivit immunitaire lchelle de lorganisme.

Hypothse hormonale Daprs Fry et al. Sports Med. 12 (1): 32-65, 1991 Stress physiques et psychologiques A.A. Causes possibles du surentranement Dtrioration de la fonction de reproduction: Disfonction hypothalamopituitaire

amnorrhe, oligomnorrhe production de sperme pulsions sexuelles Rgulation des substrats LH FSH synthse dandrognes synthse de progestrone GH ACTH TSH cortisol aldostrone Adrnaline

noradrnaline Thyroxine, triiodothyronine, calcitonine, hormone parathyrode Mtabolisme nergtique, Croissance et diffrentiation cellulaire, Minralisation osseuse, Ejection systolique, Variations de la frquence cardiaque, Faiblesse musculaire, Tolrance au chaud et au froid, Menstruation, Lthargie, fatigue, nervosit, Frmissements, Baisse intellectuelle, Ostoporose ctognse glycmie mtabolisme de AGL Contrle cardiovasculaire variation de la pres. artrielle variation de la FC

Systme immunitaire: allergie pathologies auto-immunes infection virale/bactrienne Balance anabolisme/ catabolisme: perte de masse maigre atrophie musculaire lvation srique de lure et de lacide urique Symptomatologie hormonale concentrations sriques en cortisol testostrone libre de + de 30% du rapport testostrone / cortisol ctostodes dans les urines

mtabolisme basal amnorrhes oligomnorrhes A surveiller... - le rapport testostrone/cortisol - le % ou le poids de masse maigre - certains troubles du comportement associs au type de surentranement : parasympathique ou orthosympathique Pour mmoire: autres symptomatologies biochimiques ventuellement surveiller.... (d aprs Fry et al. 1991) balance azote ngative (turnover protines ngatif) dysfonctions hypothalamiques concentration musculaire en glycogne contenu minral osseux

concentration en hmoglobine concentration srique en Fe++ concentration sanguine en ferritine dfenses des GR face aux radicaux libres (glutathion) concentrations sriques en ure production dacide urique Quelques conseils utiles afin de tenter dviter le surentranement : 1 - Respecter les principes du F.A.I.T.P.A.S. : F de frquence : se limiter trois sances fortes charges par microcycle dune semaine, I de intensit : savoir grer les intensits en fonction des capacits T de temps : en fonction de lintensit savoir limiter les dures des exercices (notion de temps limite) pour obtenir limpact physiologique recherch,

P de progressivit : quelle que soit lorientation dune nouvelle priode (ou msocyle) dentranement, naugmenter que progressivement dans le temps les charges dentranement, A dalternance : savoir alterner les exercices, les sances, les entranements et les rcuprations adaptes. Alterner les sances et les microcycles difficiles et faciles. Conserver un minimum dune journe de repos complet par semaine et dun microcycle de rcupration active tous les trois microcycles S de spcificit : savoir tenir compte des capacits individuelles et spcifiques du sportif pour programmer les charges dentranement les mieux ajustes. 2 - Essayer dvaluer le niveau de fatigue ressentie aprs chaque entranement, 3 - Organiser avec le sportif lenvironnement dans lequel il rencontrera le moins de stress extra sportifs,

4 - Sassurer du bon tat nutritionnel du sportif, 5 - Interroger rgulirement le sportif sur les ventuels troubles du comportement (motivation, sommeil, agressivit, perte dapptit... 6 - Tenir jour un carnet dentranement, vritable passe sport entre le sportif, son entraneur, son prparateur physique et son mdecin MERCI POUR VOTRE ATTENTION Synthse des hypothses avances Le processus de surentranement est ncessairement systmique ; la fois central, structural et mtabolique. La composante mtabolique est elle-mme compose de plusieurs sousensembles biochimiques pour lesquels il semble exister, tout au moins partiellement, une logique globale de dysfonctionnement. Aucune tude na cependant pu dmontrer lexistence et la logique de ce processus daltration du mtabolisme nergtique. Rarement invoqu dans

les cas de surentranement mais pourtant primordial dans le mtabolisme des exercices dendurance, la place du mtabolisme lipidique reste une grande inconnue.... Le suivi longitudinal des rponses mtaboliques aux charges dentranement est une solution envisager pour tenter de reproduire une telle logique EST-IL ENVISAGEABLE DEVITER LE SURENTRAINEMENT CHEZ LE RUGBYMAN ? Le surentranement du rugbyman La situation La pratique du rugby : elle comporte de lendurance (2 x 40), de la vitesse (phases de jeu), du travail excentrique (blocages), des chocs (plaquages). Lentranement du rugby : 1 2 sances/jour, de plus en plus

dendurance, un durcissement du jeu (donc de lentranement). Consquences biologique probables : dveloppement des processus de restructuration cellulaire, exacerbation des rponses inflammatoires et immunitaires, rponse lhmolyse. Quel type de surentranement ? : probablement moins mtabolique que pour les disciplines dendurance, mais plus cellulaire, protique, hmatologique (et donc immunitaire). Quels paramtres prendre en compte ? : le suivi biologique de la rponse mtabolique lexercice doit tre complt par un suivi biochimique et hmatologique. Quelles tudes mener ds demain ? La comprhension du phnomne de surentranement passe tout dabord par la comprhension de la pratique au quotidien. 1- Combien de temps lorganisme du rugbyman doit-il rcuprer entre 2 matchs pour se remettre pleinement des dommages musculaires, hmatologiques, immunitaires et mtaboliques subis ? Ceci devrait faire luvre dune tude approfondie sur des rugbymen

en dbut, en milieu et en fin de saison pour comprendre quels sont les mcanismes de leur fatigue et leurs consquences dans le temps. 2- Quel suivi biologique raliser pour mieux comprendre les mcanismes du surentranement chez le rugbyman de haut-niveau ? Ceci devrait faire luvre dune recherche longitudinale o les adaptations et donc les msadaptations lentranement seraient tudies pas pas. MERCI POUR VOTRE ATTENTION

Recently Viewed Presentations

  • Just War Theory - Mr. Fitzpatrick's Social Studies

    Just War Theory - Mr. Fitzpatrick's Social Studies

    Read the two sources on the war in Afghanistan. With your group discuss and annotate the text on Iraq and identify three reasons that answers the following: Was the war in Iraq just or unjust? Use the criteria in the...
  • Game Design I ActionScript Introduction

    Game Design I ActionScript Introduction

    Choose Properties and check Export to Actionscript ON. Flash SWF Sprite Sheet Name your symbol. Two more items: Naming class to import as Deriving base class which it inherits from If you are importing an image, your base case will...
  • Media Globalisation - one legged bird productions

    Media Globalisation - one legged bird productions

    Global convergence is the cultural hybridity that is made possible through transporting and sharing media products around the world. It has been argued, however, that this practice often results in the Americanisation of global culture, or the homogenisation of world...
  • Health Literacy: Practical Tools for Improving Communication

    Health Literacy: Practical Tools for Improving Communication

    Personally explain or re do patient ed materials to assure compliance and understanding. More one on one time with the patients trying to explain care. contact family or friends that can read to help, let phamacist know, blister pack meds...
  • Building Mental Models with Visuals for e-Learning

    Building Mental Models with Visuals for e-Learning

    Select a portion (or the whole) to model. Define the foundational realities. Define the learning objectives and outcomes. Define the relevant terminology and nomenclature. Define the range of possible variables and measures. Define relevant processes within the model.
  • PowerPoint Etiquette

    PowerPoint Etiquette

    Effective PowerPoint Presentations * Do's & Don'ts Start with an Action Plan What is the goal of your presentation? Write out a draft first Start with an interesting opening Keep it SIMPLE!
  • Bipartisan Election Advisory Commission Jena Griswold, Secretary of

    Bipartisan Election Advisory Commission Jena Griswold, Secretary of

    Welcome - Jena Griswold, Secretary of State . BEAC purpose: Open discussion about the administration and conduct of elections in Colorado is necessary to ensure that every eligible citizen has the opportunity to participate in fair, accessible, and impartial elections,...
  • Service Provider requirements for 802.11n

    Service Provider requirements for 802.11n

    Service Provider Requirements Tutorial Date: 2005-03-14 Authors: Notice: This document has been prepared to assist IEEE 802.11. It is offered as a basis for discussion and is not binding on the contributing individual(s) or organization(s).